logo 450

Menu

Cours de français aux professeurs

Ambohimandroso

|

Objectifs

Déjà familière avec Madagascar qu’elle a découvert à la faveur d´un projet Scout en 1997, Caroline Tamet a lors de ce séjour en 2002, avec Nathalie Bouthier et Mélanie Gaubour, commencé le vaste projet de l’amélioration du niveau de français des enseignants, à la fois pour les enseignants de l’école luthérienne et ceux de l’école catholique du village d’Ambohimandroso.

Neuf mois passés sur le terrain pour mettre sur pied les fondements d’une action que nous poursuivons au long des années (Caroline est repartie avec le même projet au début de l’année 2004).

Puis en 2003, cette action sera poursuivie en début d’année par un membre suisse Mathieu Monteleone, et en été par Virginie Dalmau et Alice Richard.

Il faut noter que l’enseignement se fait obligatoirement en français depuis 1994 alors que les instituteurs nés au début des années 1970 n’ont pas appris le français à l’école suite à la malgachisation imposée par Ratsiraka.

Année

2005

Coût des travaux

-

Objectifs :

Déjà familière avec Madagascar qu’elle a découvert à la faveur d´un projet Scout en 1997, Caroline Tamet a lors de ce séjour en 2002, avec Nathalie Bouthier et Mélanie Gaubour, commencé le vaste projet de l’amélioration du niveau de français des enseignants, à la fois pour les enseignants de l’école luthérienne et ceux de l’école catholique du village d’Ambohimandroso.

Neuf mois passés sur le terrain pour mettre sur pied les fondements d’une action que nous poursuivons au long des années (Caroline est repartie avec le même projet au début de l’année 2004).

Puis en 2003, cette action sera poursuivie en début d’année par un membre suisse Mathieu Monteleone, et en été par Virginie Dalmau et Alice Richard.

Il faut noter que l’enseignement se fait obligatoirement en français depuis 1994 alors que les instituteurs nés au début des années 1970 n’ont pas appris le français à l’école suite à la malgachisation imposée par Ratsiraka.

Année :

2005

Coût des travaux :

-